Développer ses photos

Avec l’avènement des Appareils Photo Numériques, l’ordinateur est devenu le meilleur (mais aussi le pire…) ami du photographe. Tous photographes, un tant soit peu sérieux, préfèrera le format RAW (ou brut… .NEF chez Nikon, .CRW chez Canon… pour ne citer qu’eux) au format JPEG.

Le fichier RAW, équivalent du négatif de nos parents (grand-parents ??? le temps passe si vite) à l’époque ou photographie rimait avec argentique, offre toute une latitude de réglage non destructif, permettant d’ajuster les paramètres de votre image et parfois, de récupérer l’irrécupérable.

Liens directs
RAW ? Késako ? Développement de base Corriger les Aberrations Chromatiques

RAW ! Késako ?

Tout le monde connait le « JPEG » (de nom en tout cas ! ) acronyme de Joint Photographic Experts Group, mais quant est-il du « RAW » (brut en anglais) ?

ecran-camera-raw

Contrairement au JPEG qui est un format d’enregistrement destructif (c’est-à-dire que chaque manipulations « abiment » de manière irréversible la photographie), le format RAW sépare la photographie de ses réglages, permettant ainsi d’annuler toutes les modifications (de post-production) apportées à votre photographie et ce à n’importe quel moment.matrice de Bayer

Le capteur de votre appareil photo « voit » en monochrome, il ne perçoit  que des nuances de gris (aucun rapport). Afin d’apporter de la couleur à votre photographie, le capteur est recouvert d’une mosaïque (ou matrice de Bayer) composée des trois couleurs primaires (Rouge, Vert, Bleu… le fameux RVB).

A ce stade, votre image est une grosse purée illisible, qui nécessite un traitement pour le devenir… lisible ! Vous avez dès lors, deux options.

Soit, vous laissez votre appareil photo, via un processus interne de dématriçage (échantillonnage, compression… pour faire simple), développer votre image (selon les préférences du fabriquant de votre appareil photo) et vous fournir une photographie au format JPEG.Ce processus interne est irréversible et destructif, ce qui sous-entend que toutes les modifications apportées à votre photographie (correction de la balance des blancs, exposition, haute et basses lumières, etc…) une fois enregistrées ne peuvent être annulées et sont définitivement et irrémédiablement intégrées à votre photographie. De plus la conversion en JPEG est synonyme de compression, afin de réduire le poids du fichier. Cette réduction de poids se fait au détriment de la qualité.

Soit vous demandez à votre appareil photo à vous fournir un fichier brut de capteur, le fameux RAW. La photographie au format RAW, ne subit aucune transformation de la part de l’appareil photo. Lors de son affichage sur l’écran de votre ordinateur, vous avez accès à une photo « brute de décoffrage ». C’est à vous que reviendra le devoir (et le plaisir) d’effectuer les réglages de dématriçage. Le travail du fichier RAW est non destructif et surtout réversible…

C’est un peu comme comparer crayon à papier et stylo à bille. L’un est aisément modifiable… l’autre difficilement et au prix d’une sérieuse détérioration du papier…

DEMATRICAGE

Aujourd’hui, les réflex numériques, la majorité des bridges, certains compacts et maintenant quelques smartphones, ont la capacité d’enregistrer les photographies au format RAW.

La photographie au format RAW est donc un fichier qui n’a subit aucune modification de la part de l’appareil photo, il intègre toutes les données de prise de vue tel que la balance des blancs, l’exposition, objectif utilisé… Ces données sont encapsulées, sous forme de « fichier texte », dans votre photographie de manière invisible. Ces données sont lues par des logiciels spécialisés, à l’image de Lightroom, CameraRAw, Capture NX…

La photographie étant brute et non compressée, on se retrouve avec un fichier beaucoup plus gros (c’est l’inconvénient), mais qui est modifiable indéfiniment et surtout sans perte. En effet, tout le travail de dématriçage est non destructif, puisque ce n’est pas la photographie que l’on modifie, mais le « fichier texte » encapsulé dans la photo.
Qui plus est, les réglages de dématriçage ne sont pas définitifs, il est effectivement possible à n’importe quel moment (demain, dans un mois, dans un an…) de modifier, annuler ou réinitialiser votre RAW.

Le RAW n’étant lu que par des logiciels spécialisée, il convient donc, une fois traité, de l’enregistrer dans un format de lecture standard. En effet, un ordinateur, un laboratoire d’impression, un téléphone ou encore une tablette ne savent pas lire le RAW. Pour rendre votre photographie lisible sur FB, Insta, expédiable par mail ou tout simplement imprimable sur papier, il faut la convertir dans un format standard connu de tous et ce format n’est autre que le JPEG. Je sais , c’est un peu l’histoire du serpent qui se mord la queue.

Donc, pour résumer… Photographiez en RAW, puis convertissez en JPEG.

 

A la recherche de matériel photo ? Visitez le site de mon partenaire, Lovinpix
et participez à la vie de ce blog.

lovinpixcom-logo-1473324676

Développement de base

En cours de rédaction

 

 

A la recherche de matériel photo ? Visitez le site de mon partenaire, Miss Numérique
et participez à la vie de ce blog.

Generique - 468x60

Corriger les Aberrations Chromatiques

Quand on parle d’aberration chromatique, on évoque un phénomème optique qui consiste en la séparation de la lumière blanche en trois couleurs primaires, le Rouge, le Vert et le Bleu. Il est possible, lors de la prise de vue de limiter la présence d’aberrations chromatiques sur votre photographie. Cependant, un travail de post production est souvent nécessaire pour les supprimer totalement.

De nombreux logiciels de dématriçage permettent de réaliser cette opération avec de très bon résultats.

Je vous présente dans la vidéo ci-dessous les opérations de correction d’aberrations chromatiques sous Caméra Raw et Lightroom. Si les résultat est plus que probant avec ces deux logiciels, le travail est facilité et optimisé avec Lightroom.

 

 

A la recherche de matériel photo ? Visitez le site de mon partenaire, Miss Numérique
et participez à la vie de ce blog.

lovinpixcom-logo-1473324676

haut de page